Agriculture extensive : définition de ce mode d'exploitation !

Agriculture extensive
31.03 2018
Agriculture extensive : définition de ce mode d'exploitation !

Les agriculteurs pratiquent l'agriculture extensive pour diverses raisons. Certains le font pour la nécessité d'une cause environnementale. En revanche, d'autres s'y consacrent tout simplement par nécessité…

La définition de l'agriculture extensive

S'adapter à la terre
L'agriculture extensive est un système agricole qui consiste à s'adapter aux conditions naturelles de la région. Elle optimise la potentialité du milieu malgré sa faible potentialité agricole. Dans cette condition, elle exclut l'utilisation d'intrants chimiques, l'arrosage et le drainage. En principe, elle se pratique sur une très grande surface et se distingue par son faible rendement par hectare. De ce fait, elle n'assure pas des revenus conséquents aux agriculteurs. En outre, les agriculteurs des pays en développement sont conscients de la nécessité de modernisation de leur système d'exploitation, mais ils ne peuvent faire autres à cause du manque de capitaux.

Conserver le sol ou la… structure sociale
Cependant, dans certaines régions, les conditions climatiques et pédologiques sont défavorables à l'agriculture intensive, ce qui oblige les agriculteurs à continuer le système extensif. Par ailleurs, le choix d'un tel système peut également être motivé par la volonté de protection de protéger l'environnement en restaurant le sol. En effet, elle permet de maintenir la biodiversité tout en luttant contre l'érosion et la désertification. Sinon, la pratique de l'agriculture extensive peut aussi s'expliquer par la conservation de la tradition et de la structure sociale en place.

Comment se pratique l'agriculture extensive ?

Dans l'élevage
En élevage, pour faire face à un problème dû au manque d'eau et la relative pauvreté du pâturage par exemple, les éleveurs doivent disposer de vastes champs pour nourrir le bétail. En outre, on adapte le choix de la race à élever à ces conditions physiques. C'est la raison pour laquelle on trouve essentiellement des chèvres et des moutons dans les régions plus ou moins désertiques.

Dans la culture
Dans la culture, les activités sont rythmées par les saisons. Ainsi, on profite de la saison humide pour cultiver. En revanche, aucune activité n'est possible durant la période sèche. C'est pourquoi les cultivateurs ne comptent qu'une seule récolte dans les régions qui manquent relativement d'eau. En outre, pour résoudre le manque d'engrais dû à l'insuffisance de bétails, ils pratiquent la jachère. Pour cela, ils laissent au repos une partie des terrains pendant une année pour cultiver d'autres parcelles. Ceci permet au sol d'accumuler suffisamment d'éléments nutritifs pour les plantes. Pour l'arboriculture en Tunisie, pour assurer la qualité de ses produits, la qualité du sol est privilégiée par la plupart des initiateurs de projets comme Tarek Bouchamaoui.

Des exemples d'agriculture extensive

Types d'agriculture extensive
Dans les pays développés, la forme moderne se caractérise par une activité très mécanisée sur d'immenses étendues. C'est les cas entre autres des États-Unis, du Canada et du Kazakhstan. Les formes traditionnelles de l'agriculture extensive se rencontrent dans les pays en développement. C'est le cas de l'agriculture itinérante qu'on rencontre en Afrique et en Amérique du Sud. En outre, les agriculteurs de ces régions ne disposent pas des moyens techniques limités. En fait, l'impossibilité de la mécanisation implique l'intégration d'un nombre important de mains d'œuvre dans certains pays.

Choix de l'extensive
En Tunisie par exemple, à une certaine époque, pour faire face à la hausse de la production d'un certain type de céréale et la baisse de la subvention à la production agricole, les agriculteurs les plus démunis s'adaptent au contexte. Pour cela, ils optent pour l'agriculture extensive en remplaçant la culture de blé dur par l'orge et l'élevage bovin par le caprin et l'ovin. Ainsi, ils réduisent les dépenses et limitent les risques en choisissant une activité agricole plus flexible et qui nécessite moins de capitaux. Néanmoins, avec l'investissement des acteurs comme Tarek Bouchamaoui, les tendances commencent à s'inverser.